Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

thumb 2108Le bureau UNESCO d’Abuja* (Nigéria) a organisé le jeudi 25 juin 2020 le webinaire de lancement de la Bibliothèque En Ligne UNESCO-GANNDAL-APRELIA (BELUGA).


Présidé par le Directeur régional du bureau UNESCO d’Abuja, Monsieur Ydo Yao, le webinaire a connu la participation de personnalités de haut niveau, dont trois ministres de l'éducation (Côte d'Ivoire, Guinée, Sierra Leone), la sous-Directrice Générale de l’UNESCO, le sous-Directeur Général de l’UNESCO, chargé de la Priorité Afrique et des Relations Extérieures, ainsi que le Commissaire de la CEDEAO, en charge de l’Education, de la Culture et de la Science. Ce séminaire, qui a duré deux heures, a réuni plus de 120 participant.e.s. (enseignant.e.s et cadres du primaire et du secondaire, formateurs/trices d'enseignant.e.s, cheff.e.s d’établissements, expert.e.s en numérique éducatif, directeurs/trices des ministères en charge de l’éducation, organisations internationales et ONG intervenant dans le domaine de l’éducation).


Leurs allocutions et mots de soutien ont été suivis de la présentation de la plate-forme en elle-même, par Monsieur Aliou Sow, directeur général des Editions Ganndal et Madame Geneviève Puiségur-Pouchin, présidente–fondatrice de l’Association pour la promotion des ressources éducatives libres africaines (Aprélia).

UNE BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE, EN ÉVOLUTION CONSTANTE, AU SERVICE D'UNE VISION DE L’ÉCOLE EN SYMBIOSE AVEC SA COMMUNAUTÉ IMMÉDIATE ET ÉLARGIE 

Des ouvrages pour la classe et la communauté de l'école

Sur BELUGA, les Éditions Ganndal mettent gratuitement à la disposition des élèves et des familles de nombreux ouvrages de jeunesse de ses collections soutenus par des appareillages pédagogiques stimulant le travail autonome des apprenant.e.s et, pour les enseignant.e.s et les inspecteurs/trices, un ensemble de guides pédagogiques et de cahiers d'activités.

Des ressources de formation des enseignant.e.s concrétisant une vision de l’école comme lieu d’apprentissage pour sa communauté

Madame Geneviève Puiségur-Pouchin a quant à elle souligné que ce qui sous-tend et structure cette bibliothèque en ligne, c’est bien la mise en pratique de la vision de transformation de l’école co-élaborée, depuis plus de 10 ans, par le réseau interafricain et international de professionnels de l’éducation (enseignants, formateurs d’enseignants de tous niveaux, chefs d’établissement, chercheurs) coordonné par Aprélia.

Des REL privilégiant les pédagogies actives, centrées sur l’élève, et proposant un dispositif d’ADPC (Apprentissage et Développement Professionnel Continu) de tou.te.s les acteurs/trices de l’école

La riche collection de ressources éducatives libres (REL) africaines ainsi produites, disponibles en français et en anglais, notamment grâce à des synergies fécondes avec les REL de TESSA, fournit aux écoles méthodes et outils pour améliorer de façon significative et durable les conditions et les résultats d’apprentissage des élèves ; ces REl privilégient les pédagogies actives, centrées sur l’apprenant.e, et proposent un dispositif d’ADPC (Apprentissage et Développement Professionnel Continu) de tous les acteurs/actrices de l’école, pour qu’elles/ils soient en mesure de répondre efficacement aux objectifs éducatifs, ceci sous la conduite des chef.fe.s d’établissement.

Elle a précisé que les points-clés guidant la sélection des ressources mises à disposition sur BELUGA sont en cohérence avec cette vision de conduite de la transformation et la soutiennent : c’est pourquoi, BELUGA met en avant des REL Africaines :

• qui privilégient le centrage sur l’apprenant.e : les élèves, bien sûr, mais aussi les différents acteurs/trices de la vie de l’école, tou.te.s placé.e.s au centre de leur propre processus d’ADPC

• qui mettent l’accent sur l’école comme lieu privilégié des améliorations en lien avec la réalité des besoins

• qui facilitent l’élaboration du projet de l’école sur la base d’un auto-diagnostic mené avec toutes les parties prenantes

• qui favorisent et aident à développer la collaboration des tou.te.s s les acteurs/trices au service du projet de l’école, notamment les parents d’élèves

• qui portent une attention toute particulière à l’outillage des chef.fe.s d’établissement, acteurs/trices-clé de la conception et de la conduite des transformations des processus d’enseignement-apprentissage dans l’école, chef.fe.s d’orchestre et garant.e.s de la bonne exécution du projet de l’école

• qui fournissent à ces derni.ers/ères, en particulier, stratégies et méthodes pour les aider à piloter dans leur école les usages du numérique les plus appropriés au projet éducatif et à la réalité des conditions matérielles.


L’ensemble de ces ressources sont de nature à aider les écoles à évoluer vers des Communautés d’Apprentissage Professionnel (CAP), qui placent l’apprentissage et le co-développement professionnel de tou.te.s les intervenant.e.s au cœur du projet de l’école et prennent leurs décisions en se basant sur des données objectives, notamment pour évaluer les apprentissages et mettre en place les actions pédagogiques appropriées.

UN PROJET CIBLÉ METTANT EN PRATIQUE LA VISION DE L’ÉCOLE CONÇUE COMME COMMUNAUTÉ D’APPRENTISSAGE PROFESSIONNEL

La rubrique intitulée « L’école en action » montre comment un groupe de directeurs/trices de la région togolaise de Lomé mettent à profit la démarche et le parcours qui leur sont proposés dans le cahier Aprélia-PartaTESSA intitulé : Perspective sur la gouvernance d’établissement : Conduire le projet d’établissement
Il s’agit du Laboratoire de l’Innovation pour une Direction d’École plus Efficace, qui leur a déjà permis de définir les actions prioritaires pour redémarrer sur des bases solides et de commencer à entrevoir les changements qu’elles/ils mettront en œuvre par la suite.

Un forum thématique est ouvert sur BELUGA en lien avec cette initiative ; les échanges y porteront sur le rôle-clé des chef.fe.s d'établissement pour conduire au sein de la communauté scolaire les transformations appropriées des processus d'enseignements-apprentissages et aider l’école à évoluer vers une Communauté d'Apprentissage Professionnel.

Le niveau des attentes qui se sont exprimées lors des très nombreuses questions-réponses posées ensuite par montre que cette initiative répond à un besoin réel, qui ne se limite pas aux huit pays de la zone couverte par le bureau d’Abuja, et qu’il cnviendra de se pencher sur les voies et moyens de permettre le développement durable de BELUGA.

*Ce bureau régional multisectoriel est en charge de quatre pays francophones : Bénin, Côte d'Ivoire, Guinée et Togo, et de quatre pays anglophones : Ghana, Liberia, Nigeria et Sierra Leone.