Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

On ne peut s’intégrer, et donc se développer harmonieusement et dans la paix, sans les langues maternelles. Sans elles, point de salut. C’est ce constat qui est sorti de l’atelier sous-régional sur la langue peule. Et c’est ce qu’a compris l’Union africaine en créant l’Acalan.