Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

thumb 2141Source : UNESCO

Avant-propos de la Sous-Directrice générale pour l’éducation, UNESCO :

Le concept de ressources éducatives libres (REL), qui était à l’origine assez flou et désignait des didacticiels en libre accès, a considérablement évolué en l’espace de vingt ans. En effet, les REL sont désormais une composante à part entière des stratégies programmatiques qu’englobent aujourd’hui les politiques publiques et institutionnelles visant à élargir l’accès à l’éducation, à améliorer la qualité de l’éducation et à offrir à tous des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.


À chacune des étapes de cette évolution, l’UNESCO a été la cheville ouvrière de la coopération internationale visant à promouvoir les REL, rôle qu’elle continue à assumer avec une détermination sans faille. C’est d’ailleurs à l’UNESCO qu’a été forgée en 2002 l’expression « ressources éducatives libres ».
Dix ans plus tard, la Déclaration de Paris sur les REL 2012 invitait les États membres à tout mettre en œuvre pour généraliser l’utilisation des REL. La contribution des REL à la qualité et à l’accessibilité de l’enseignement et de l’apprentissage et à la création du savoir a été de nouveau soulignée dans les déclarations d’Incheon et de Qingdao de 2015. Plus récemment, en 2017, plus d’une centaine d’États membres ont signé le Plan d’action de Ljubljana sur les REL 2017 qui formule 41 recommandations en faveur de l’intégration des REL et précise que l’utilisation des REL doit être soutenue par des politiques vigoureuses.

De fait, les États sont de plus en plus nombreux à manifester leur volonté de se doter d’une politique globale sur les REL. L’heure n’est plus à évaluer le potentiel des politiques nationales sur les REL, nous pouvons d’ores et déjà en constater les bienfaits.
Une politique sur les REL garantit que les matériels financés par les fonds publics sont publiés sous licence libre. En effet, lorsque le public est autorisé à réutiliser les matériels dont il a financé la production, l’efficience et l’efficacité des dépenses publiques consacrées à l’éducation s’en trouvent renforcées. En outre, lorsqu’ils adoptent une politique sur les REL, les gouvernements favorisent l’accès à une éducation de qualité, ils augmentent la diffusion des ressources éducatives de qualité et éliminent les obstacles qui compromettent les chances d’apprentissage.

L’UNESCO et le Commonwealth of Learning ont travaillé directement avec des établissements et des organismes publics pour soutenir l’élaboration de politiques nationales et institutionnelles sur les REL. Le présent ouvrage, Lignes directrices pour l’élaboration des politiques sur les ressources éducatives libres, consacre l’aboutissement de ces efforts. Cet ouvrage doit être considéré comme un guide pratique destiné à aider les responsables politiques à approfondir leurs connaissances dans le domaine des REL mais aussi comme un cadre de réflexion critique sur la manière de tirer partir des REL afin de relever les défis que pose la réalisation des cibles de l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) au niveau local et dans les contextes les plus divers. Plus précisément, il peut être utilisé comme un guide détaillé de l’élaboration des politiques sur les REL, de la conception à la mise en œuvre.

Ces Lignes directrices s’adressent aux responsables politiques, à la communauté éducative et à bien d’autres acteurs encore. J’espère que l’expérience partagée et l’approche politique proposée aideront les États membres de l’UNESCO à transformer leurs systèmes d’éducation et de formation afin de s’engager résolument sur la voie de l’ODD 4.