Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Paroles de jeunes Africaines
Angèle, Carine, Grace, Mazidath… Elles sont jeunes, elles sont filles, elles sont pauvres. Elles sont des millions.
Ecoutez les paroles de celles qui, trop souvent, sont sans voix. Chacune d’elle parle pour la première fois, levant le voile sur ses blessures mais aussi sur ses espoirs. Vous comprendrez ainsi pourquoi on les surnomme « les invisibles » ou « les laissées pour compte ». Vous comprendrez pourquoi il est temps d’agir.

Les récits présentés ici sont des extraits d’entretiens recueillis par une journaliste experte genre, Bénédicte Fiquet, et une socio-anthropologue, Nora Lejean, auprès d’une trentaine de filles dont les prénoms ont été modifiés. Ces jeunes filles ont été rencontrées dans le cadre de projets menés par des ONG locales (Asmade au Burkina Faso, Ceradis au Bénin, Lafia Matassa au Niger), en coordination avec Equilibres & Populations. Ces projets qui visent l’amélioration de la santé et du statut des filles (éducation sexuelle, alphabétisation, formation…) sont rendus possibles par les financements de bailleurs publics et de fondations, dont les principaux ont été l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement.
Le webdoc