Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Blogs d'Apréli@

Message d'Alphonse à Apréli@ :
Comme la France entière nous avons été hébétés, emplis de douleur, d’indignation et de colère. Nous avons rendu hommage aux victimes et partagé l’immense chagrin des familles, des amis, de chacune et de chacun.
"L'oiseau chante même si la branche sur laquelle il est perché craque, car il sait qu'il a des ailes". (José S Shocane)
L'Histoire nous apprend que depuis toujours, la danse a été pratiquée comme une thérapie on ne peut plus efficace dans les moments douloureux.
Par exemple, en Europe, aux temps des révolutions, la danse retrouve son originelle vigueur qui affirme la VIE en extériorisant son énergie.
En Afrique, certains peuples dansent sur le champ de bataille, juste après la bataille, pour affirmer l'éternité de la VIE.

Le dernier ouvrage d’Alphonse Tiérou*, « Alphabet de la danse africaine », est considéré par CANOPE (Centre national de documentation pédagogique, France) comme un document pédagogique exceptionnel, vivement recommandé aux professeurs de danse et chorégraphes et à celles ou ceux qui souhaitent comprendre la richesse de l’art africain en se détachant des idées reçues. Depuis janvier 2015, à la demande du CNDP, Alphonse Tiérou donne des cours théoriques et pratiques sur la danse africaine à des enseignants du premier et du second degré.
Voir la vidéo du 6 mai 2015 sur SOPIEPROD TV La Voix de la Diaspora et la vidéo d'Event News

Les 25 & 26 avril de 15h à 18h Alphonse Tierou, accompagné de percutionnistes, organise un stage de danse africaine et une audition

à la Métisse : 123 rue de Tocqueville

75017 PARIS : Métro Wagram.

Unesco 2780Vendredi 20 mars, nous avons eu le plaisir de participer à la conférence de presse organisée par la délégation ivoirienne auprès l'UNESCO, consacrée à la présentation de l'ouvrage Alphabet de la danse africaine par son auteur, Alphonse Tiérou. En plus de sa prestation aussi brillante, vibrante et passionnée que convaincante, Alphonse Tiérou nous a offert un beau spectacle, la danse de la dation du nom, cérémonie au cours de laquelle est donné son nom à l'enfant. Un enfant talentueux en l'occurrence, puisque son nom est doo-plé.
Nous remercions chaleureusement la délégation pour son accueil, et tout particulièrement SE Denise Houphoüet-Boigny, ainsi que Clément Yao, journaliste, correspondant permanent du journal Fraternité-Matin, Président du Réjaf (Réseau des Journalistes Africains de France).

Alexis Dieth, Docteur en Philosophie, Vienne. Autriche, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , cedea.net

Comment changer de société dans les États africains en ce début de XXIème siècle? Cette problématique doit être abordée en jetant un bref regard rétrospectif sur le passé qui montre clairement que la question centrale du nouveau siècle est de parvenir à libérer le génie africain par de nouveaux modèles éducatifs qui permettent de sortir des schémas mentaux et des blocages d'un monde ancien, de dépasser l'ère des sociétés étatisées pour entrer dans de nouveaux modèles de sociétés structurés par l'autonomie, l'innovation, l'expression des diversités culturelles et la libre interaction des personnes et des collectivités.

Kra N'GUESSAN vous invite à la signature de son livre : Il y a du jeu dans l'Art le samedi 21 décembre 2013 à 17h à Libre Ère 111, bd Ménilmontant, Paris, entouré des écrivains : Kwamé N'goran Mahamoud M'saidié, Jean-Baptiste TIEMELE...

Interview de N'GUESSAN KRA, peintre sculpteur, professeur d'Arts Plastiques au Campus Sainte Thérèse d'Ozoir La Ferrière, et chargé de cours d'Anthropologie de l'art à l'université Paris 1.

La femme chef de la famille selon la tradition africaine

par Alexis Dieth*, Docteur en Philosophie, Vienne. Autriche, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Extrait: "L'histoire et la sociologie des sociétés traditionnelles africaines prouvent que les deux valeurs et principes structurants africains furent celle l'égalité de l'homme et de la femme et celle de la supériorité naturelle de la femme sur l'homme du fait de sa capacité à procréer et à incarner la fécondité."