Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Cheikh ould AhmedPar CHEIKH ould AHMED, Expert technopédagogique, Directeur de l'école Excellence et Réussite, Chef de projet d'informatisation, Nouakchott, Mauritanie

Formateur ou apprenant ?

J’ai été invité à cet atelier en tant que formateur mais, très tôt, j’ai réalisé que je suis plutôt en train d’apprendre. Dans ce contexte, j’ai pris ces notes de mémoire pour la première journée.

En dehors d’avoir rencontré une personne qui m’est très chère que j’ai connue depuis 18 mois (mais seulement à travers des rencontres Skype ou par messagerie) : Madame Geneviève PUISEGUR-POUCHIN avec laquelle j’ai travaillé dans le cadre de la mise en place d’un e-jumelage France-Mauritanie, j’ai fait connaissance de plusieurs visages éminents dans le monde de l’éducation. Des hautes personnalités de la CONFEMEN, de l’ADEA, et plusieurs hauts cadres du système éducatif sénégalais de la Côte d’ivoire et du Togo étaient présents.

Nous avons échangé les contacts mais aussi les points de vue par rapport à plusieurs questions portant sur l’éducation en Afrique et les opportunités que présentent les TIC pour nos systèmes éducatifs à présent peu efficaces.

Après la cérémonie officielle d’ouverture et les différents discours très riches prononcés à l’occasion, des échanges au sujet des bonnes pratiques en enseignement ont été animées par Pr KiM** avec pour support une présentation portant sur des exemples observés dans différents pays dont la Corée du Sud. La pédagogie par projet était à l’honneur. En effet, les situations présentées illustrent bien les résultats de cette approche dans le développement de la créativité, de l’engouement, de l’estime de soi, de l’amour de l’autre, de son pays et du monde entier (son village planétaire, au regard de la philosophie de notre association Apréli@).

Sous la supervision de Mme.la Présidente d'Apréli@, la formation proprement dite a commencé par une activité d’introduction de l’atelier : les formateurs Apréli@ et les nouvelles PRI* se sont présentés (la quasi-totalité semble être des professeurs de mathématique), les objectifs de l’atelier et son plan de déroulement ont été clarifiés et les participants ont pris des photos de groupe par leurs tablettes Qelasy*** (désormais, ils peuvent s’en servir dans leur métier).

La deuxième activité de la journée a porté sur l’introduction des e-jumelages Apréli@ : une session de remue-méninge a donné l’occasion aux participants de réfléchir et exprimer individuellement puis en groupe leur perception de la notion e-jumelage. Des échanges entre formateurs et participants ont mis en exergue les idées principales récoltées. Les participants sont parvenus en groupe à organiser ces résultats à travers des cartes conceptuelles ; les formateurs en ont fait usage pour ornementer les murs de la salle et ont proposé un exemple de carte conceptuelle au sujet.

Une troisième activité a suscité la curiosité des participants pour découvrir la philosophie des e-jumelages, la pédagogie, les ressources et leur organisation. Des supports papiers et numériques (sur clé USB et en ligne sur le site de Apréli@) ont été mises à la disposition des participants pour mener à bien l’activité de découverte.

La quatrième activité fut une session de questionnement sur les concordances possibles entre les chapitres e-jumelages et les programmes scolaires en vigueur. Les participants ont travaillé par paires, ont discuté des résultats de leurs travaux en plénière et en ont fait une récapitulation. Si le module « Qui est qui ? » et le premier chapitre :  « La classe, l’école de nos partenaires » sont nécessairement les premiers à traiter par les classes jumelées, il n’est pas de même pour les autres chapitres. Cependant, une fois que le choix du chapitre est fait par les deux classes, elles doivent se mettre d’accord sur le thème qui pourra leur servir dans l’avancement de leurs programmes scolaires.

La dernière activité prévue pour cette première journée était « Le compte-rendu électronique de la journée ». Un exercice que les participants devraient préparer le soir pour en rendre compte le lendemain, à l'aide de la tablette Qelasy (texte et photos).

Alors, je me suis mis à l’exercice. Ai-je pu résumer l’essentiel de ce que j’ai appris dans cette première journée ? Sans doute, d’autres collègues me compléteront gentiment.

Notes d'Apréli@ :

*Personnes Ressources Internes, ou enseignants accompagnant et soutenant leurs collègues dans la mise en oeuvre de ces pédagogies actives et collaboratives utilisant des REL (Ressources Educatives Libres) africaines, essentiellement celles d'Apréli@ et de TESSA.

** Professeur à l'Université de Séoul, Corée du Sud, expert Sciences et développement du curriculum

***1ère tablette éducative africaine, inventée en Côte d'Ivoire.